Docteur Lean, régime et plan social

regime lean manufacturingBien que je n’apprécie guère le terme « Lean » qui veut dire « maigre » en Français pour caractériser les méthodes de production Toyota, il n’en reste pas moins que c’est l’image qui reste lorsque vous expliquez que vous allez implanter le Lean Manufacturing dans votre usine. Etant donné qu’il est difficile de se débarrasser de cette image qui colle à la peau, autant l’accepter et préciser que « maigre » n’est pas nécessairement le contraire de « gras »… pour une entreprise.

La modération a bien meilleur gout

C’est comme dans tout, de l’alimentation à l’organisation industrielle, les excès dans un sens comme dans l’autre peuvent nuire à notre santé en tant qu’être humain ou en tant qu’organisation. Les risques cardiovasculaires à long terme des personnes obèses et les difficultés de la vie quotidienne auxquelles elles sont confrontées sont d’une certaine manière comparables à des organisations surdimensionnées.

Des organisations dans lesquelles une certaine forme d’abondance, un accès facile aux ressources tant humaines que matérielles, pendant une période plus ou moins longue a donné au manager  la possibilité d’atteindre leurs objectifs sans avoir à manager (management par abdication). Ppour être plus précis, un management qui a accepter de mettre des ressources là ou le besoin n’était pas évident ni démontré. Une solution de facilité de manière à palier rapidement à des inefficacités organisationnelles sans avoir à résoudre le problème de fond. Des solutions d’augmentation des ressources sacrifiées sur l’autel des objectifs et de leur dépassements.

Un diagnostic de portes ouvertes

Mais le temps fini toujours par cogner à la porte des personnes qui ont abusé par le passé. De manière discrète au début puis avec de plus en plus d’insistance. Aujourd’hui, c’est la mondialisation qui cogne à la porte des entreprises, tous les jours avec un peu plus d’insistance et lorsque cela devient dérangeant alors vient le temps d’aller ouvrir la porte. Une porte bien souvent difficile à ouvrir par l’organisation si bien que l’on fait venir des consultants. Des consultants qui enfoncent ces portes déjà ouvertes, qui ont soit disant plus d’expérience pour ouvrir ce genre de porte. En réalité les consultants n’ont pas peur d’ouvrir ces portes puisque ce n’est pas eux qui ont oublié de les fermer. Et de la même manière que la personne obèse qui ne peut plus bouger de son lit fera venir le médecin pour lui faire dire ce que tout le monde sait déjà, le consultant apportera le même diagnostic. Un diagnostic qui résonne dans la tête du patient et qui le confronte à son passé, à ses excès, ses contradictions et son incapacité à prendre les choses en main malgré ces petites voix qui semblait lui dire que ce n’était pas la bonne chose à faire.

L’injustice du Lean organisationnel

L’entreprise elle aussi est confrontée à son passé mais de manière collective et non individuelle et c’est pour cela que le Lean est injuste. Car si pour le médecin c’est assez facile de palper ces tissus adipeux en excès et d’expliquer à son patient que c’est bien de cela dont on parle. Que ce gras accumulé en excès doit disparaitre et que s’est à lui, le patient, de prendre ses responsabilités pour revenir à une situation stable. Pourtant,  les tissus adipeux de notre patient n’ont jamais demandé à venir là, ils sont venu parce qu’on leur a demander de venir, ils se sont installés, ont trouvé la situation fort à leur goût et depuis plusieurs années, ils vivent une vie confortable et s’y complaisent. Et voilà qu’aujourd’hui un médecin vient leur dire qu’il n’ont rien à faire ici et qu’il faut s’en aller pour le bien être et la santé de leur propriétaire? La vie des tissus adipeux est vraiment injuste.

L’analogie avec le gras des organisations n’est pas nécessairement la bienvenue mais il n’en reste pas moins que les victimes organisationnelles du Lean Manufacturing n’ont rien à envier à la vie des tissus adipeux. Si le rôle du consultant est bien d’enfoncer ces portes ouvertes qui offrent une vue imprenable sur les inefficacités organisationnelles classiques lors de son diagnostic, il est important pour l’organisation de se soigner. Et là plusieurs options s’offrent aux organisations : des changements de formes ou des changements de fond autrement dit mettre en place des outils Lean Manufacturing ou bien déployer le Management Lean.

Avoir l’air Lean ou être Lean?

On semble jouer sur de la sémantique, c’est vrai, un peu comme faire un régime et changer ses comportements alimentaires. Ca semble pareil mais ca change tout.

Lorsque l’entreprise prend pleinement conscience de sa responsabilité en tant qu’organisation dans sa surcharge pondérale et qu’au lieu de tailler dans ses effectifs sur les bases d’un diagnostic faussement factuel, elle décide d’éduquer ses managers sur les conséquences d’un management par abdication, alors le Lean Manufacturing prend tout son sens. Car l’énorme avantage des organisations en surcharge pondérale par rapport à un patient diagnostiqué obèse c’est qu’elle peut faire le choix d’allouer différemment ces ressources en excès plutôt que de s’en débarrasser à l’aide de plans sociaux. Si la croissance ne semble pas aujourd’hui un vecteur de ré-allocation des ressources viable, les organisations ont toujours des ressources tampons comme l’interim qu’elle peuvent décider d’exploiter, des nouveaux marchés à développer et exploiter, une transformation Lean à staffer… Le couperet n’est en général qu’une fatalité aux organisations qui ont longuement refusé le diagnostic de leur médecin ou bien celle qui font un régime sans avoir consulté de diététicien.

 

 

6 Commentaires

  • ismaili rachid Posté 4 septembre 2016 1 h 03 min

    j’imagine le lean comme un système de régulation, avec comme régulateur la chasse au gaspillage et comme capteur les indicateurs de performances à travers lesquels on supervise la situation actuel et la comparé avec avec la situation précédente et tout ceci se fait en boucle fermé (système asservi)

    • Lean Digestion Posté 2 novembre 2016 9 h 15 min

      Oui tout a fait d’accord. Attention cependant à la métaphore qui fera plaisir de reprendre de manière déformée aux détracteurs de la méthodo…

  • Eric Posté 2 juillet 2013 15 h 34 min

    Bonjour Rodolphe,

    bravo pour cet article. Je trouve l’analogie entre une organisation et une personne en surcharge pondérale vraiment très « parlante ».

    Permettez-moi de revenir sur l’idée de votre dernier paragraphe : « Avoir l’air Lean ou être Lean »
    Ou ce que j’appelle le Canada Lean (www.aufildulean.fr/le-canada-lean/)

    Face à n’importe quel apprentissage, nous ne sommes pas tous égaux. Certains vont vite, d’autres plus lentement …

    C’est valable pour l’apprentissage de la marche, de la langue, la lecture, l’écriture, etc.

    Je suis convaincu que c’est pareil pour le Lean.

    Lorsque je visite une entreprise qui n’a pas « pris le train du Lean », je vois le potentiel de gain et je l’encourage à accrocher son wagon. Lorsque l’entreprise « fait du Lean » (la phase des outils), je la félicite et la pousse à « être Lean ». Surtout je prends bien garde de ne pas la décourager. Ne dit-on pas que c’est en forgeant qu’on devient forgeron … et c’est long de devenir un maitre en la matière.

    Et n’est-ce pas en ayant essayé plusieurs régimes aux succès aussi faibles qu’inutiles(sur le long terme)que l’on prend conscience qu’il faut changer ses habitudes alimentaires ?

    Mais parfois, je le concède, si le patient prends trop de temps, ou pire refuse de d’admettre, alors oui, il peut mourir.

    Et c’est malheureusement ce qui est arrivé à un de mes clients en début d’année. Une centaine de personnes sont concernées et un savoir-faire industriel réel a disparu. Triste expérience que d’intervenir trop tard.

    Donc pour « maigrir », faites du Sport, faites du Lean et continuez à lire l’excellent Blog de Rodolphe Simonot.

    Cordialement,

    Eric

    • PG Posté 7 juillet 2013 11 h 49 min

      Bonjour Rodolphe,

      Je te rejoins. Et pour « redorer » encore plus facilement l’image du lean, je répondrais à ses détracteurs que LEAN = suppression des gaspillages.
      Le surdimensionnement en nombre de personne n’étant qu’un gaspillage parmis tant d’autre.
      Préfèrent t ils voire partir quelques uns de leurs collègues maintenant ou plutôt que dans quelques mois ce soit toute l’entreprise qui s’arrête?

      Le LEAN est une opportunité, pas une menace.

      Pierre

      • Lean Digestion Posté 9 juillet 2013 5 h 20 min

        Certes mais l’image du Lean est aussi victime des organisations qui utilisent cette bannière Lean pour dégraisser à la méthode Dukan (régime agressif dans lequel la plupart des personnes regagneront leur poids initial dans l’année qui suit). Et tout le monde n’est pas en mesure de faire la distinction dans tout cela et c’est normal.

    • Lean Digestion Posté 9 juillet 2013 5 h 15 min

      MErci Eric pour relevé ce point important : pour être Lean dans son comportement il faut tout d’abord faire du Lean outil. Un peu comme pour devenir un champion de Tennis; il faut commencer par s’acheter raquette et basket, apprendre les outils de base puis devenir dans son savoir être, ses comportement un champion de tennis. Les 5S sont un excellent tremplin vers les comportements Lean que l’on recherche.

Ajouter un commentaire

Votre email ne sera pas affiché. *Champs obligatoires.

Téléphone: +33 (0)1 78 16 11 99
Sangatte - Blériot
22 rue Guynemer